Mais pourquoi je suis née ?

Ce soir j’ai l’oeil qui pleure sur ma difficulté à co-exister dans un monde sans couleur, où la main tendue devient heurt et l’ignorance une chance.

Ce soir j’ai l’âme qui se noie sous les rancoeurs d’un monde sans rêve, où l’esprit aventurier n’a aucun ancrage et divague sur l’erreur.

Je continue à aimer un monde que je ne comprends pas, que dois-je faire pour exister, trouver dans un trou de souris un havre de paix.

Nov 2015

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus