Accueil Politique Projet de société La retraite un sujet à faire évoluer ……..

La retraite un sujet à faire évoluer ……..

0
0
24

L’avenir de notre système de retraite se trouve dans les réponses à cette question : A quoi doit servir la retraite après 65 ans ?

Wikipédia : Le système de retraite français, tel qu’il existe aujourd’hui, s’est mis en place progressivement depuis 1945. Fondé sur la répartition, c’est un système où chaque retraité reçoit une pension qui est proportionnelle au montant des cotisations qu’il a versées au cours de sa carrière.

Espérance de vie en 1945 = 65 ans = âge de la retraite
Donc espérance de vie en 2019 – 85 ans = âge de la retraite ???? On pourrait presque en rire ………… tellement c’est inconcevable pour les citoyens de partir à la retraite à 85 ans.

Si on prend le ratio de départ, la retraite devrait être prise à 85 ans. Sauf que notre problématique, c’est que si les chiffres prouvent que l’espérance de vie recule, les conditions de vie sur le temps supplémentaire après 65 ans ne se sont pas améliorées au point de continuer une activité économique aussi importante qu’à 60 ans …

Alors qu’elle est la réalité de cette retraite après 65 ans et durant les 20 ans restants ? C’est de cette façon là que la réflexion sur le devenir des retraites doit être pensé …….. A quoi doit servir la retraite après 65 ans ?.

Il faudra sans aucun doute accepter des paliers de transitions, et les expliquer ……….. Pour arriver à une retraite complète à la fin de vie, comme initialement voulu par la gauche socialiste pour assurer une dignité à tous et toutes quelque soit la condition sociale. Cette vision permettrait de trouver les ressources nécessaires à la mise en place de structures d’accompagnement pour une fin de vie heureuse quelques soient le parcours et les revenus de chacun des citoyens qui devraient être tous et toutes égaux en droit ……… devant une fin de vie décente, gratuite !

Je propose cette piste de réflexion, je crois qu’il est opportun d’ inventer une nouvelle tranche de vie sociale que l’on pourrait associer à une sorte de vie active séquentielle, intermédiaire et solidaire.

J’imagine bien qu’ après 65 ans on puisse utiliser le temps épargner lors de la création d’un fonds de RTT supplémentaires en fonction de l’âge ……. Disponible selon l’envie de chacun après 65 ans, cela pourrait etre un jour de moins dans la semaine, ou bien le souhait de les cumuler pour avoir des temps de congés supplémentaires, ou épargné pour accéder au bassin de vie décent pour tous plus tôt dans des EPHAD solidaires ou autres systèmes (je serais pour un plan revisité de la restauration des coeurs de villages) qui seront mis en place par un grand plan de la solidarité nationale en contre partie de la mise en place de cette nouvelle tranche sociale pour sauver les retraites et notre système par répartition et revenir à l’idée initiale de ne plus trouver d’acteurs actrices économiques sur le bord des routes, en extrême pauvreté après avoir tout donner au système qui les a utiliser ……..

Payer des retraites, c’est ne pas avoir des bidonvilles remplis de vieux  ………… ne l’oublions pas ! Alors que devons nous faire et accepter ?

Je reviens sur les RTT, on pourrait imaginer que le retraité parte à 62 ans pour les métiers les plus difficiles et 65 ans pour les cadres. Son départ à la retraite ne serait pas effectif automatiquement, à l’âge de la retraite, le retraité recevrait une sorte de provisions de RTT  équivalentes à  tout son temps de travail qui lui resterait à faire jusqu’à ses 80 ans. Libre à lui ou elle d’en faire ce qu’ils voudront.

Le ou la retraité-e toucherait son salaire plein en guise de retraite (on pourrait instaurer à ce moment là, une sorte de retraite universelle de 2000 euros) diminuée du salaire perçu pour son temps passé au travail . On peut imaginer que de 65 à 70 ans on puisse faire un  3/4 de son temps, puis 1/2 de son temps jusqu’à 75 ans et le 1/4 jusqu’à 80 ans. Pour prendre en compte la réalité physique du retraité et sa capacité à pouvoir ou non continuer, ils pourront utiliser leurs RTT sous forme de journées ou de semaines de congés ou autres à leur gré, pouvant ainsi compenser les fatigues et les rythmes et obligations de chacun.

Sans doute que certains seront pressés de partir dès 62 ans, mais ils partiront aux conditions actuelles. Pour les autres,  On peut aussi imaginer qu’à 62 ans ils prennent une année sabbatique et se consacre à l’animation d’une association reconnue d’utilité sociale, et puis qu’on pourrait revenir à son travail et à son rythme. Ce que l’on aura fait en plus, nous donneras un accès gratuit dans une des résidences novatrices qui seront mises en place pour accueillir ces séniors qui auront décidés de préserver le système par répartition et qui auront bien mérité de terminer leur vie dans un endroit pensé exprès pour eux et sans le soucis de savoir s’ils pourront oui ou non se le payer, parce que cela sera gratuit. Une sorte de travail ou de retraite à la carte …….. avec la tranquilité qu’au derniers jours on ne se soucie plus de savoir si on sera dépendant ou non, car l’état prendra en charge la dépendance.

 

  • Plagieur, vinaigre qui a pris la couleur du bon vin.

    Une certaine vision de la piquette, le plagieur est un vinaigre qui a pris la couleur du b…
  • Débattre ?

    Si dire, ne sert à rien, si penser ne change rien, alors autant se taire et mourir seul &#…
  • L’affaire Benalla

    C’est l’histoire d’un petit « pet » qui a enflé du…
Charger d'autres articles liés
  • Plagieur, vinaigre qui a pris la couleur du bon vin.

    Une certaine vision de la piquette, le plagieur est un vinaigre qui a pris la couleur du b…
  • Débattre ?

    Si dire, ne sert à rien, si penser ne change rien, alors autant se taire et mourir seul &#…
  • L’affaire Benalla

    C’est l’histoire d’un petit « pet » qui a enflé du…
Charger d'autres écrits par Nadine Daugé
Charger d'autres écrits dans Projet de société

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Céder c’est mourir, continuer c’est mourir …….

7 octobre 2015 Dans le premier cas on contrôle rien, alors …. …