Le collier de 8 perles

L’une est douce, blanche, les autres pas
La deuxième est fraîche comme une  fleur,
La troisième est un savant mélange à 1000 plats,
La quatrième trouve sa force dans la faune et la flore,
La cinquième retrouve, joviale, les embruns de ses îles,
La sixième est transparente, elle a été oublié dans un atelier,
La septième est latine, de couleurs épicées, d’une fragilité enfantine,
La huitième est sportive, tantôt vainqueur ou vaincu, sûr de son leader-ship

Sur le coller on ne voit qu’une perle, c’est elle qui fait le tri
Sur cette toile magnifique, bariolée de milles couleurs, elle,
Suivant quel joaillier attribue une place, c’est elle qui divise et tri.
Suivant les jours, c’est ile, faune et blanche qui font un tour,
Suivant les autres, c’est ile, plat, fleur, sport et blanche, à qui le tour.
Sur ce collier de perles, la blanche joue des tours et donne les places,
Suivant ses envies, ses humeurs, elle se balade, distribue et casse
Ce collier de perles, ce collectif magnifique de milles couleurs artisanales,
Se perd dans des abîmes sans saveur, sans parfum, sans nuance,
S’oubliant, oubliant que les perles enfilées une à une sur ce fil des savoirs,
Concourent pour le plus beau bijoux, celui où chacune d’elle s’installe, sûre, son réseau.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus